Notre avenir électrique

jeudi 19 novembre 2009
par  L.V.E.
popularité : 5%

Le projet de fusion EDF-AREVA... avec tous ses aléas... Notre déficit de production électrique cet hiver... Nos centrales nucléaires vieillissantes...

Les principes libéraux prioritaires sur les principes sanitaires

"EDF a préféré l’artifice comptable et l’image à une véritable politique de développement (même pas durable !)."

Les centrales nucléaires françaisesdevaient durer 30 ans. Par "économie", depuis 3 ou 4 ans, l’amortissement est calculé sur 40 ans . Tout cela pour faire remonter le cours de l’action en bourse. Mais aussi parce que le démantèlement et la dépollution de la centrale de Brenilis ( Finistèrea coûté trois fois plus que prévu (malgré une large prise en chargede l’Etat).
Or, une centrale de plus de trente ans connaît des pannes de plus en plus fréquentes et de plus en plus graves , multipliant le coût de maintenance finalement par quatre ou cinq.

La France importatrice nette d’électricité, une première depuis 27 ans

Depuis 27 ans, la France produisait plus d’électicité qu’elle n’en consommait. En octobre 2009, elle devient importatrice nette d’électricité auprès de ses voisins européens. Une situation due à l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires et à une sécheresse qui a diminué la production des barrages hydrauliques.

Certes, la France dispose du plus grand parc nucléaire du monde après les Etats-Unis, avec 58 réacteurs nucléaires en activité. Mais la consommation augmente rapidement, en raison de la multiplication des chauffages électriques. Désormais, la France importe de l’électricité pendant les heures de pointe (le soir en hiver) et en exporte le reste du temps.

Le mois d’octobre a,de plus, été marqué par de nombreux arrêts des réacteurs nucléaires français : début novembre, près d’un réacteur sur trois ne produisait toujours pas d’électricité, car le planning de maintenance et de rechargement en uranium des réacteurs a été retardé par des grèves. Les recherches appliquées du CEA pour accélérer les process de recharge n’ont pas compensé les journées de grève des personnels exposés aux radiations.

Le parc nucléaire a aussi été victime de plusieurs accidents, notamment sur des générateurs de vapeur et des alternateurs endommagés.

EDF a donc annoncé que la production nucléaire française allait chuter en 2009 à son plus bas niveau depuis dix ans. Sur le seul mois d’octobre, la production d’électricité d’origine nucléaire (qui fournit près de 80 % du total) a baissé de 8,9 % par rapport à l’an dernier, selon les chiffres du Réseau de transport d’électricité.

Sources :
- numéro spécial de Science et Vie 2008 : les données chiffrées sur le coût et l’origine des pannes
- Le Monde (18.11.09)
- AFP (17.11.09) 22h17
- CEA


La seule solution durable passe par les économies d’énergie et la décentralisation de la production (un foyer sur deux pourrait produire l’énergie nécessaire à son chauffage et son éclairage en installant des capteurs sur son toit), mais alors, le citoyen ne serait plus dépendant de la multinationale privatisée EDF et surtout d’AREVA


Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Prospective de l’ADEME sur le mix électrique

vendredi 21 décembre 2018

Des prospectives peu réjouissantes...

La sobriété pas sérieusement envisagée...

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/evolution-mix-electrique-horizon-2020-2060-010655.pdf