Les enjeux du Canal Seine-Nord : réaliser ce que les experts préconisent depuis plus de quarante ans...

Des enjeux régionaux sur différents plans...
vendredi 26 février 2010
par  Brigitte et Christiane
popularité : 5%

La perspective du trafic : 17 millions de tonnes transportées, donc 300 000 camions évités chaque année sur nos routes.

La Voie Navigable, un enjeu économique :

Le trafic des conteneurs est en très forte augmentation : entre 2000 et 2004, il était déjà passé de 20 à 28,5 millions d’EVP (équivalent 20 pieds, soit la longueur d’un conteneur, environ 6 mètres). La croissance continue et traduit le trafic maritime des ports du Nord de l’Europe. L’activité conteneur des ports du Bénalux est 10 fois celle de Dunkerque ;

En incluant les coûts externes, actuellement la tonne transportée par route est à 33 euros, celle acheminée par rail à 27 euros, et seulement 15 euros par voie fluviale.

Le Canal, une opportunité pour le développement des entreprises locales

Le canal doit créer certes des activités spécifiques liées à la logistique (dégroupage, conditionnement). Mais les plateformes mutimodales (associant les différents modes de transport : canal/rail/route) attireront de nouvelles activités tertiaires et industrielles.

La plateforme multimodale de Marquion, prévue sur 156 ha, verrait un trafic vrac (granulats, ferrailles, matériaux, etc) de plus 1.200 millions de tonnes et un trafic de 30 000 containers. Ceci générerait 1400 emplois.

Les prouesses techniques du Canal

106 km creusés à travers une région qui monte et qui descend plus qu’on ne l’imagine souvent, sur 54 mètres de large. Sa profondeur d’eau sera de 4,5 mètres et son tirant d’air (espace surfce de l’eau/ partie inféreure des ponts de 7 mètres). 7 écluses de 6 à 30 mètres de chute. 3 ponts-canaux. 55 millions de m3 déplacés, dont 25 millions pour les remblais, et 30 millions à mettre en dépôt. Un million de m3 de béton. Coût estimé : 4 puis 4,5 milliards d’euros.

Soumissionnaires pour l’instant en concurrence : Eiffage et Bouygues pour le canal lui-même.

Le GERIF Groupement d’Entreprises Régionales d’Intérêt Fluvial, se positionne pour les plateformes multimodales. Le GERIF a été fondé par les groupes Lhotellier, Hiolle Industries, Rabot Dutilleut et Ramery. S’y sont associés Grimonprez, le Crédit Agricole, Jacquot et Houtch. Leurs engagements sont multiples : générer un vrai trafic ; priorité à l’emploi local (avec une offre de services innovante, complète car mutualisée) ; des plateformes à haute performance carbone, HQE ; des plateformes pré-commercialisées.

Un projet avec des fonds européens, régionaux. Où trouver les milliards manquants ? Combien l’Etat y mettra-t-il ?


Merci à F.Grimonprez d’avoir permis de publier le document soumis au Conseil de Développement de Val Métropole jeudi 25 février et joint ici en PDF.


Documents joints

PDF - 2.8 Mo
PDF - 2.8 Mo

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Conférence-Débat sur la Santé environnementale, Solution majeure à la crise sanitaire du Bassin Mininer

jeudi 1er février

23 février 18h30 HORNAING salle des Fêtes Ferrari

Organisée par l’Association APRES et les RES

Nouvelle brève N° 302

dimanche 26 novembre 2017

le film qui sonne la fin de Monsanto

vendredi 10 novembre 2017