Le secteur laitier, producteur aussi de GES

4% des gaz à effet de serre quand même !
lundi 26 avril 2010
par  Brigitte et Christiane
popularité : 5%

Le secteur laitier représente environ 4 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine, selon un nouveau rapport de la FAO. Ce chiffre comprend à la fois les émissions liées à la production, à la transformation et au transport des produits laitiers ainsi que les émissions liées à la production de viande d’animaux provenant de la filière lait. On sait depuis 2006 que l’élevage représente la deuxième source de GES, 18%, après la production d’énergie...
.

La moyenne mondiale des émissions de GES par kilo de lait et autres produits laitiers est estimée à 2,4 kg d’équivalent carbone. C’est peu par rapport à la production d’un kilo de boeuf : 14,83 kg-équivalent CO2 ; mais beaucoup par rapport aux légumes : 0,23 kg-équivalent CO2 pour la pomme de terre, 0,3 pour la pomme et 0,4 pour l’asperge (à condition que celle-ci ne vienne pas de Chine...) Le boeuf est 14 fois plus pollueur que le poulet : 1,1 kg-équivalent CO2 ; et presque 4 fois plus que le porc...

Issu des animaux du secteur laitier, c’est le méthane qui a le plus fort impact sur le réchauffement global : avec 52 % environ des émissions de GES.

Les émissions de protoxyde d’azote représentent 27% des GES dans les pays développés et 38% dans les pays en développement. Le dioxyde de carbone représente 21%des émissions dans les pays développés, contre 10% dans les pays en développement.

Le rapport prend tout en compte dans la filière laitière : la production et le transport d’intrants (engrais, pesticides et fourrage), les émissions des fermes et celles associées à la transformation et au conditionnement du lait, ainsi que l’acheminement des produits laitiers aux détaillants...
" Ce rapport est un outil fondamental pour comprendre et recenser les opportunités de réduction de l’impact sur l’environnement du secteur laitier en continuant à offrir des aliments sûrs et nutritifs ", explique Samuel Jutzi, Directeur de la Division de production et de santé animales à la FAO.

La quantification des émissions de GES liées aux autres principales espèces d’élevage, notamment le buffle, la volaille, les petits ruminants et les porcins est en cours.

Les incidences sur l’efficacité, le bien-être et le commerce international des options de politique seront ensuite évaluées par le biais de modèles économiques et un rapport final sera publié en 2011.

Sources :

- L’ombre portée de l’élevage, 2006, rapport de la FAO ;

- Greenhouse gas emissions from the dairy sectore, 2009, rapport de la FAO,


FAO : Food and Agriculture Organisation, bureau spécialisé de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture


Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Conférence-Débat sur la Santé environnementale, Solution majeure à la crise sanitaire du Bassin Mininer

jeudi 1er février

23 février 18h30 HORNAING salle des Fêtes Ferrari

Organisée par l’Association APRES et les RES

Nouvelle brève N° 302

dimanche 26 novembre 2017