L’arbre en ville et ses multiples nécessités. Conférence d’Alain Villain pour sauver les squares, toujours valable pour les autres arbres de Valenciennes

mardi 16 août 2016
popularité : 4%

L’arbre est un être vivant qui existe depuis 2000 fois plus longtemps que l’homme. L’arbre est nécessaire à la survie de l’homme, surtout en ville. Et l’humanité habite majoritairement en ville depuis 2009, et plus de 82 % des Européens sont des citadins.

Les records de longévité de l’arbre sont innombrables : du houx de Tasmanie avec ses 43 000 ans au ginko quasi éternel avec ses rejets, les arbres peuvent nous donner des leçons de survie. A Hiroshima, le fresne et ginko triloba ont résisté au nucléaire…

Les arbres rafraîchissent les villes en été

Les villes s’échauffent davantage que les campagnes et la différence est de 4° à 12°. Non seulement la chaleur diurne est supérieure en milieu urbain, mais il y a moins de rafraîchissement nocturne. Et en 2003, les 15 000 morts de la canicule étaient essentiellement des citadins.

Passant de 0,18 kwh/m2/jour en 1880 à 1,5 kwh/m2/jour en 1977, la ville moderne a décuplé ses propres émissions de chaleur.

Les parois des immeubles captent la chaleur le jour, l’ emmagasine et la restitue la nuit. L’effet « canyon » : des immeubles renvoient le rayonnement aux immeubles d’en face. L’albédo des matériaux sombres est aussi terriblement plus important que les espaces végétalisés. L’asphalte absorbe 95% de l’énergie solaire et en restitue la nuit.

Aussi a-t-on multiplié et multiplie-t-on, partout sur la planète, les espaces verts en ville. Central Park à New York est emblématique. A Tel Aiv, Shashua Bar a déployé des transepts d’arbres qui ont permis de diminuer de quelques degrés les îlots d’immeubles sur 200 mètres de chaque côté des pénétrantes boisées.

Un platane remplace à peu près 10 climatiseurs géants. Donc autour de la piscine de Valenciennes, il y a l’équivalent de 300 climatiseurs…

Les autres bienfaits de l’arbre en ville : oxygène, dépolluant, dépoussiérant et antistress

-  Avec la photosynthèse de ses feuilles, l’arbre transforme le CO2 en O2 : environ 3kg par jour.

-  Un hectare boisé captent 50 tonnes de poussières par an (source : l’ADEME)

-  30 % du monoxyde de carbone de l’atmosphère est absorbé par les arbres et 50% de l’oxyde d’azote (NO2) rejeté principalement par les moteurs entre autres.

Le houppier (la partie feuillue) d’un seul arbre avec ses 160 000 m2 de surface absorbent, c’est évident, bien plus que 20 m2 de pelouse…

Microclimat et ruissellement des eaux sont améliorés par la présence de l’arbre en ville. Le retour de la rosée fixe poussières et pollens. Les phytoncides produits par les arbres tuent les microbes. Les végétaux épurent les polluants tels le benzène, le tolluène, et bien d’autres.

La valeur des arbres : un riche patrimoine

La méthode de Koch donne la valeur de remplacement selon les espèces et selon la surface terrière à 1,30 m de hauteur de l’arbre.
La valeur approximative des arbres du parc Plumecocq est de 975 000 euros…

Pour aller plus loin :

- les records de longévité : http://www.lesarbres.fr/records.php

- la preuve de la longévité du houx : http://www.liberation.fr/sciences/0101194829-la-plus-vieille-plante-vivante-au-monderetrouve-au-fin-fond-de-la-tasmanie-l-arbuste-pousse-depuis-46-000-ans

- http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2579_arbres_ville_pollution_atmospherique.php

- une étude canadienne : http://www.crecn.qc.ca/commission/pdf/cifq-arbreenville.pdf

- le livre de Francis Hallé : Du bon usage des arbres, chez Actes Sud, 2011.


Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois