Réhabilitation des sites pollués : réunion à la DREAL le 8 oct. LVE y était.

jeudi 15 octobre 2015
par  Frédéric BIGOT
popularité : 4%

Le vendredi 8 octobre 2015, par le S3PI-HCD, à l’UTC DREAL de Prouvy-Rouvignies

Les présentations sont disponibles à l’adresse suivante :http://www.s3pi-hcd.fr/node/108

L’agente représentant l’ADEME était absente mais était elle-même représentée par une agente de la DREAL NPdC.

Cette réunion était organisée pour exposer les divers moyens existants de reconvertir un site pollué en site utilisable, d’un façon ou d’une autre par la collectivité, tout en réduisant les sources probables de pollutions générées par la présence de toutes sortes de substances, parfois toxiques, sur les dits-sites.

Au delà des détails techniques exposés dans les présentations, mon impression générale reste un peu trop réaliste pour être optimiste.
En effet, même s’il existe des possibilités juridiques -d’autres diraient théoriques…-de réhabiliter des sites pollués, nombreux dans notre région, elles ne sont pas pour autant faciles à mettre en œuvre.

Réglementation des Sols pollués

L’enjeu est pourtant on ne peut plus crucial.
Nous habitons un territoire ’’riche’’, si l’on peut dire, en anciens sites industriels, et qui méritent qu’on s’y intéresse parce qu’ils sont souvent situés en zones agglomérées ou même en pleine ville et sont donc des sites à valoriser par les communes, que ce soit dans le cadre de projet immobilier -le pays manque de logement !- ou de création de site d’implantation de parcs photovoltaïques, ou d’autres projets encore.

Malheureusement, ces sites sont aussi souvent pollués, à dépolluer pour pouvoir être utilisables sans danger par les collectivités.
Nous avons donc dans notre grande région un ’’trésor’’ à valoriser, à condition de pouvoir dépolluer ces fameux sites qui sont souvent d’ailleurs plus près de nos domiciles qu’on ne le croit.
Il y a donc un important travail à fournir avant de pouvoir reconvertir ces sites et cela d’autant plus que, comme souvent, de nombreux partenaires (collectivités territoriales de divers niveaux, Établissement public foncier, propriétaires, particuliers, associations, riverains, etc...) doivent être impliqués pour que les dossiers avancent…

L’existence de textes ne règle donc pas tous les problèmes mais reste toutefois un préalable nécessaire pour débloquer les problématiques qui ne manquent pas d’arriver une fois la reconversion engagée et qui ont parfois un impact direct sur notre vie quotidienne.

Que faire quand le responsable de la pollution d’un site est défaillant ? Réponse dans le PDF

C’est un domaine de l’action publique où les particuliers et les associations ne tiennent pas le premier rôle mais où LVE et les citoyens ont tout de même intérêt à rester vigilants !

Pour LVE,
Frédéric Bigot


Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Prospective de l’ADEME sur le mix électrique

vendredi 21 décembre 2018

Des prospectives peu réjouissantes...

La sobriété pas sérieusement envisagée...

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/evolution-mix-electrique-horizon-2020-2060-010655.pdf