"La maison brûle et la CNAM regarde ailleurs"

jeudi 1er juin 2017
popularité : 9%

"La maison brûle et la CNAM regarde ailleurs"

Après le rapport de Santé Publique France, la CNAM publie un rapport sur la hausse des maladies chroniques calculée à partir des données du SNIRAM et du PMSI. 26 millions de personnes sont considérées comme malades chroniques. La population est donc plus large que celle des ALD, mais les ALD restent cependant un bon indicateur des pathologies les plus lourdes.
L’explication avancée est la même que celle de SPF : c’est la faute du vieillissement. Pas un mot sur les causes environnementales des maladies chroniques !
Nous pouvons donc recycler le titre du communiqué que nous avons publié à propos du rapport de SPF....‌"La maison brûle et la CNAM regarde ailleurs"

Rappelons les chiffres mêmes de la CNAM concernant les ALD :
Entre 2004 et 2015, la population couverte a augmenté de 11,7%, mais l’incidence a progressé dans le même temps de 46% (4 fois plus vite). Pour certaines ALD, la progression est encore plus spectaculaire : + 126 % pour l’AVC invalidant, + 161% pour l’insuffisance cardiaque, + 64% pour le diabète, + 39 %pour les affections psychiatriques,+27% pour le cancer....
Rappelons que des populations de plus en plus jeunes sont touchées : pour le cancer du sein, + 65 % depuis 1980 pour les femmes de 30 à 39 ans et + 58 % pour celles entre 40 et 49 ans ; pour le cancer du sein + 1033 % pour les 50-59 ans ; + 4 % par an pour l’AVC chez les hommes de 25-34 ans….

Rappelons que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dès 2006 en Europe et en 2008 au plan mondial a qualifié d’épidémie la croissance des maladies chroniques. L’Assemblée Générale de l’ONU a adopté à l’unanimité une déclaration en septembre 2011 à New York parlant de la croissance des maladies chroniques comme un « défi mondial d’ampleur épidémique….principal défi pour le développement durable en ce début de 21ème siècle ». L’OMS a confirmé ce diagnostic en juillet 2014 appelant chaque pays à fixer des objectifs de réduction des maladies chroniques (au minimum diminution de la mortalité de 25 % d’ici 2025), et notamment l’arrêt de la croissance de l’obésité et du diabète.
La France a signé ces déclarations mais ne les traduit pas dans sa politique de santé.
On est au coeur du combat du RES pour faire reconnaître que nous sommes en situation de crise sanitaire et que la santé environnementale est la réponse à la crise sanitaire.
André Cicolella


Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois