Le saumon trangénique canadien vendu sans étiquetage OGM

jeudi 10 août 2017
popularité : 4%

Le Canada est le premier pays à commercialiser du saumon transgénique pour l’alimentation humaine, et cette nouvelle nous concerne maintenant que l’Union européenne est engagée dans le libre-échange avec le Canada.

Un saumon à la croissance très rapide

Le saumon AquAdvantage est un saumon d’Atlantique (Salmo salar) modifié pour grossir en 16 à 18 mois au lieu de 30 mois

Développé depuis 1982, la modification a consisté à introduire deux dispositifs génétiques : le gène de l’hormone de croissance vient du saumon quinnat, ou saumon royal du Pacifique (Oncorhynchus tshawytscha), et ce gène est lié au dispositif génétique de la loquette d’Amérique (Zoarces americanus) ou « anguille de roche » (un système découvert en 1988 impliqué dans la résistance au froid, produisant notamment une protéine antigel [1]).

La combinaison de ces deux systèmes génétiques permet une production continue de l’hormone de croissance et le maintien de la croissance dans la saison froide, alors qu’elle est normalement en pause (démonstration en 1989).

Des autorisations accordées avec réticence

La « technologie » est « stabilisée » au début des années 1990, mais AquaBounty Technologies (Maynard, Massachusetts) met 25 ans à obtenir les autorisations.

La première est obtenue en novembre 2015 aux États-Unis, mais la FDA fait machine arrière et subordonne son autorisation à un étiquetage informant les consommateurs qu’ils achètent un produit génétiquement manipulé.

L’autorisation du Canada est obtenue en mai 2016, et le saumon Aquadvantage y est commercialisé sans étiquetage OGM depuis août 2017 [2].

Les avantages de l’Aquadvantge selon AquaBounty Technologies

Il l nécessite 75% de nourriture en moins et réduit ainsi son empreinte carbone (!) [3].
Mais son taux d’hormone de croissance (IGF1) est de 40% supérieur à la normale et son potentiel allergénique augmenté de 50%.

Selon la société encore, les poissons sont stériles et élevés dans des bassins enclavés : les œufs sont produits dans un centre piscicole de l’Île-du-Prince-Édouard au Canada (autorisation donnée en juin 2017), et l’élevage a lieu au Panama.
Mais le croisement d’animaux échappés d’élevage avec les espèces sauvages est cependant certain : la stérilité des mâles n’est qu’assurée à 95%, et les fuites dans le milieu naturel sont d’autant plus probables que la firme compte ouvrir des dizaines de centres d’aquaculture. Un centre piscicole est d’ailleurs en attente d’autorisation à Albany dans l’Indiana. C’est même le PDG d’AquaBounty qui l’assure : « Les poissons génétiquement modifiés sont […] attractifs, car ils peuvent être élevés à proximité des zones métropolitaines plutôt que d’être transportés de l’étranger, ramenant ainsi des emplois aux Etats-Unis et au Canada » [3].

La remise en cause du droit à une alimentation humaine saine par les traités de libre-échange constitue une question très concrète dont le Frankenfish Aquadvantage n’est qu’une première occurrence tangible pour nous autres Européens.

Pour aller plus loin :

- [1] Hew CL et al., Multiple genes provide the basis for antifreeze protein diversity and dosage in the ocean pout, Macrozoarces americanus. Journal of Biological Chemistry, 263(24), 25 août 1988, pp. 12049-1205.

- [2] Walz E, First genetically engineered salmon sold in Canada. Nature 548, 148, 10 août 2017. Doi:10.1038/nature.2017.22116

- [3] Mougeot O, Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique. Le Monde, mardi 15 août 2017, 5. http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/08/14/le-canada-premier-pays-a-commercialiser-du-saumon-transgenique_5172160_3244.html


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves