Perturbateurs endocriniens : l’engagement des Villes et Territoires ; le Temps de l’Action !

La Région Ile de France, la 1ère... L’Occitanie, Toulouse, Grenoble, Courbevoie...
jeudi 23 mai 2019
popularité : 6%

22 mai Dix élus de la ville de Nanterre ont fait tester leur taux de phtalates avant de signer la charte du Réseau environnement Santé, qui prévoit cinq engagements contre ces substances chimiques.

http://www.leparisien.fr/…/contre-les-perturbateurs-endocri…

22 mai La Mairie de Ramonville a décidé de s’engager en signant cette charte, afin de protéger la population et les écosystèmes de l’exposition aux #perturbateursendocriniens.

Et c’est là l’originalité de l’engagement de la commune, comme Nathalie Ferrand-Lefranc, déléguée Région Occitanie du RES, le dit : « C’est la première que je vois une double signature. Vous êtes la seule commune à fédérer des associations pour mieux communiquer et amener les Ramonvillois à lutter contre ces perturbateurs. Nous vous en félicitons ».

https://www.ladepeche.fr/…/une-ville-sans-perturbateurs-end…

***

17 mai La ville de La Possession s’apprête à signer la charte "Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens", déjà signée par plus de 200 communes et territoires français. https://www.zinfos974.com/La-Possession-souhaite-signer-une…

13 mai La Ville de Grenoble a adopté à l’unanimité, lors du conseil municipal de ce lundi 13 mai, une délibération visant à limiter l’exposition de la population aux #perturbateurs #endocriniens (PE). Notamment à travers son adhésion à la Charte des villes et territoires sans PE et l’élaboration d’un plan d’action en cinq points pour la période 2019-2022.
3 avril Lieusaint est la première ville de Seine-et-Marne à avoir signé la charte “Villes et territoires sans #perturbateursendocriniens” avec le Réseau environnement santé (RES), lors d’un ciné-débat organisé dernièrement.

https://www.lemoniteur77.com/lieusaint-s-engage-dans-la-lut

***

C’est voté ! La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a officiellement adhéré à la charte d’engagement « Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens » lancée par le réseau Environnement Santé. Un plan d’actions détaillé suivra dans quelques mois.

https://www.laregion.fr/La-Region-dit-stop-aux-perturbateur

« Les #phtalates sont des #perturbateursendocriniens qui vont mettre la pagaille dans tout le système hormonal. Et les cheveux gardent une mémoire de la contamination, résume Nathalie Ferrand-Lefranc, co-déléguée Occitanie Réseau Environnement Santé. Donc une mèche de trois centimètres représente une contamination sur trois mois. . »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/…/j-ai-du-glyphosat…

***

Le Conseil départemental du Tarn va signer lors du vote du Budget primitif de jeudi 28 et vendredi 29 mars, la charte d’engagement "Villes &Territoires sans perturbateurs endocriniens". C’est le premier département à s’engager dans cette démarche.

https://www.francebleu.fr/…/le-tarn-en-passe-de-devenir-le-…

***

22 mars : Signature protocolaire de la charte d’engagement "Villes et territoires sans #perturbateursendocriniens" par la Ville de Courbevoie (92) suite à l’approbation à l’unanimité par le conseil municipal du 28 janvier.

https://www.ville-courbevoie.fr/…/courbevoie-s-engage-contr…

***

Mercredi 20 mars 2019, L’Ile de France, 1ère Région sans P.E. Les élus régionaux ont approuvé la Charte Villes & Territoires « sans perturbateurs endocriniens ». Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Jean-Philippe Dugoin-Clément, Vice-président chargé de l’écologie et du développement durable, l’ont signé avec le Réseau Environnement Santé (RES). L’Île-de-France devient ainsi la première Région en France à s’engager dans la lutte contre ces substances aux effets néfastes. http://www.reseau-environnement-sante.fr/une-ile-de-france-sans-perturbateurs-endocriniens-2/

***

mars 2019 TOULOUSE

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et André Cicolella, président du Réseau environnement santé ont signé la charte Villes et Territoires « sans #perturbateursendocriniens ».

Laurent Lesgourgues, médecin psychiatre et conseiller municipal en charge de la promotion et de la prévention de la santé revient sur les enjeux de cet engagement.

https://www.ladepeche.fr/…/une-action-commune-pour-traquer-…

***

13 février 2019 VILLE SANS PE : NOUVEAU DÉFI POUR BIARRITZ

La Ville de Biarritz vient d’adopter à l’unanimité du conseil municipal la Charte des Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens (PE).

Après une réunion d’information inaugurale et un état des lieux, c’est maintenant un travail de fond qui va commencer pour tendre vers cet objectif ambitieux dont la première réalisation concrète sera une "crèche sans PE" aux Thermes Salins.

Les grands axes de la Charte de Villes sans PE sont :

1. Interdire l’usage des produits phytosanitaires et biocides qui contiennent des perturbateurs endocriniens ;

2. Réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans l’alimentation ;

3. Favoriser l’information de la population et de tous les acteurs sur l’enjeu des perturbateurs endocriniens ;

4. Mettre en place des critères d’éco conditionnalité interdisant les perturbateurs endocriniens dans les contrats et les achats publics

5. Informer tous les ans les citoyens sur l’avancement des engagements pris.

***

9 janvier 2019
Mairie de Villepreux est maintenant la 1ère Ville des #Yvelines à s’engager contre les #perturbateursendocriniens et leurs effets néfastes. 𝗖𝗣➟ http://www.reseau-environnement-sante.fr/…/Communiqu%C3%A9-…
Stéphane Mirambeau, Maire de Villepreux, et André Cicolella, Président du Réseau Environnement Santé (RES) ont concrétisé cet engagement en signant la charte #VTSPE "Villes et territoires sans #perturbateursendocriniens" ce mercredi 9 janvier 2019 à l’hôtel de Ville de Villepreux.

A venir en janvier 2019 : Biarritz, Courbevoie, Vandoeuvre-les-Nancy et l’agglomération de Saint-Omer.

Les résultats des analyses de cheveux des élus à Paris, Strasbourg et Le Séquestre (Tarn)dans le cadre de l’opération « Zéro phtalates » ont été rendus publics.
Cela montre une contamination générale des élus (…sauf 1 !), mais aussi des variations très importantes, ce qui montre qu’il est possible de diminuer cette contamination. Les données scientifiques les plus récentes montrent en effet que ce degré de contamination élevé correspond à un risque sanitaire sérieux pour l’enfant exposé à ce niveau pendant la grossesse, principalement hyperactivité, obésité, asthme, …. toutes ces affections qui sont aujourd’hui en augmentation rapide.
S’attaquer à une cause environnementale clairement identifiée comme les phtalates, et plus largement aux PE, est une priorité de santé publique (voir dossier de presse). Le RES se félicite que cet objectif soit réaffirmé dans le texte de la 2ème phase de la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens qui devrait être rendue publique en janvier, mais nous attendons aussi des engagements fermes sur le financement.
La mobilisation des collectivités locales montrent que cette conscience de l’urgence de l’action a progressé dans la société civile et chez les élus. L’Etat doit aujourd’hui jouer son rôle. C’est le sens de l’action que le RES va mener pour obtenir des Etats Généraux de la Santé Environnementale.

En septembre dernier, se tenait à Paris la 2ème rencontre européenne des Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens. 13 villes et territoires ont signé une charte d’engagements à cette occasion. Cette dynamique s’est amplifiée fin 2018 avec les signatures de la Région Ile-de-France (23 novembre) et des villes de Mennecy (30 octobre), Toulouse (7 décembre) et Nanterre (11 décembre).

5 décembre 2018
#Biarritz se lance dans la dynamique des Villes sans #PerturbateursEndocriniens. Conférence de lancement ce mercredi 17 heures à la Médiathèque en présence d’André CICOLELLA et de Guillaume Barucq

https://www.sudouest.fr/…/biarritz-veut-chasser-les-perturb…

Les Actes du Colloque du juin 2018 , Perturbateurs endocriniens et Environnement de Toulouse et son sous-titre provocateur : Y aura-t-il encore des petits Occitans en 2040 ? ...
Ce qui nous concerne tous... L’Occitanie est moins polluée que les Hauts de France !

http://www.reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2018/07/Actes-def-Colloque-RES-infertilite_environnement-1.pdf

Edito du Bulletin du RES avril 2018

PERTURBATEURS ENDOCRINIENS, SANTE ENVIRONNEMENTALE : LE TEMPS DE L’ACTION !

« Stratégie pertinente et opportune », « Résultats positifs qui restent le plus souvent à amplifier »...Les Inspections générales (Santé, Développement Durable et Agriculture) ont publié leur rapport d’évaluation de la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens SNPE. Feu vert donc pour la 2ème phase !

Le RES s’est félicité de ce rapport car la SNPE était une demande du RES. La SNPE repose sur un objectif : diminuer l’exposition de la population, sans référence à des normes.

C’est exactement l’objectif de la Charte « Villes et Territoires sans PE » lancée par le RES en octobre dernier. Grande Synthe, Coeur d’Ostrevent, Paris, Strasbourg, ... des collectivités locales de plus en plus nombreuses s’engagent. Autre préconisation des inspections générales : réexaminer les normes compte-tenu de la spécificité des PE.

C’était exactement l’objectif du colloque organisé par le RES le 20 mars dernier à Poitiers. 200 personnes réunies pour réfléchir sur le thème « PE, Eau et Santé : quelles normes pour demain ? ». Les normes actuelles sont en effet obsolètes car basées sur la science d’il y a 50 ans.

2018 est une année charnière, puisque l’Assemblée générale de l’ONU va de nouveau débattre de la réponse de la communauté internationale à l’épidémie mondiale de maladies chroniques. Objectif : - 30 % de mortalité prématurée d’ici 2030.

Mais la Ministre de la Santé présente sa stratégie de santé sans y faire référence et la santé environnementale reste marginale.

Le RES demande l’organisation d’Etats Généraux de la Santé Environnementale. Plus que jamais un grand mouvement citoyen est nécessaire pour faire bouger les lignes. C’est possible, comme le montre l’appel lancé dans le bassin minier le 3 février dernier et porté par les collectivités locales, à l’initiative de l’association APRES, membre du RES !

Fin janvier, Strasbourg rejoint les Villes sans P.E.

Paris sans perturbateurs endocriniens dans les bâtiments publics ( crèches, écoles....) et dans les marchés publics :

https://eur01.safelinks.protection.outlook.com/?url=http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-traque-contre-les-perturbateurs-endocriniens-s-accelere-21-12-2017-7465938.php&data=02%7c01%7c%7c0006b8b931e547fe685f08d549520aca%7c84df9e7fe9f640afb435aaaaaaaaaaaa%7c1%7c0%7c636495539067272758&sdata=YubgsBxXkti/SImskPJtMJXPl3n824MmWjf2FGSLPvc%3D&reserved=0

Madrid, Stockholm, Paris, Lille, Limoges, Cœur d’Ostrevent, Grande Synthe, Guéret...dans les villes, les communautés de communes, mais aussi les hôpitaux, les maternités et les crèches, la mobilisation se développe pour éliminer les Perturbateurs Endocriniens. Les collectivités locales ont la capacité de peser par leur poids économique via la commande publique, mais aussi via leur capacité de mobilisation de la population. Preuve est aussi faite que ce n’est pas seulement une préoccupation des populations favorisées, mais que c’est aussi une préoccupation dans les communes populaires confrontées à la double peine : taux de chômage élevé et taux plus élevé de maladies chroniques. C’est le bilan de la journée organisée par le Réseau Environnement Santé qui a réuni près de 200 participants à Paris mardi 10 Octobre. Le principe d’une 2ème rencontre européenne à Paris en octobre 2018 a été acté.

Après le rejet par le Parlement européen du projet de définition des Perturbateurs Endocriniens présenté par la Commission Européenne, le discours de la Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson a apporté des éléments précis sur l’engagement du gouvernement :

- La France remet en cause l’exemption pour les pesticides ayant des propriétés perturbateurs endocriniens et revient à sa position initiale sur la question de la définition des perturbateurs endocriniens.

- Étiquetage des produits de grande consommation : pour une plus grande lisibilité de la présence de perturbateurs endocriniens

- Budget supplémentaire de 2 M € pour la recherche sur les perturbateurs endocrinien

- La santé environnementale sera un axe majeur de la politique de santé dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé prévue pour décembre prochain

- Ouverture d’un site d’information sur les perturbateurs endocriniens

- Journée nationale sans perturbateurs endocriniens en 2018.

« Nous nous réjouissons de voir que la mobilisation de la société civile a été comprise du gouvernement, constate André Cicolella, président du RES. Nous attendons maintenant une traduction concrète dans les Etats Généraux de l’Alimentation, car 80 % de la charge en Perturbateurs endocriniens provient de l’alimentation.


Et Valenciennes ? et Anzin ? Aulnoy ? Trith saint Léger ? Saint-Amand ? Quand ?
Surtout que dans ces communes, de nombreuses mesures sont déjà prises dans ce sens...


Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

Prospective de l’ADEME sur le mix électrique

vendredi 21 décembre 2018

Des prospectives peu réjouissantes...

La sobriété pas sérieusement envisagée...

https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/evolution-mix-electrique-horizon-2020-2060-010655.pdf